Quels antioxydants pour l’effet « bonne mine » ?

La peau est facilement ternie et asséchée par la consommation de tabac ou d’alcool, par les pollutions atmosphériques, par le soleil ou par les prises de médicaments. Ces lésions et altérations cutanées viennent de l’instabilité dans les cellules, sous l’effet de l’oxygène. L’apport en antioxydant est, par conséquent, important pour conserver sa bonne mine.

Des antioxydants pour se protéger

L’énergie nécessaire aux cellules vient des mitochondries qui sont, ensuite, responsables des réactions génératrices de glucose connu sous le nom de sucre, et d’acide gras appelé communément graisse. Cette dernière molécule brûlée libère de l’énergie qui est, par la suite, à l’origine de la contraction musculaire. Ainsi, à cause des agressions comme les états de fatigue ou de stress, entre autres, ces réactions subissent un dysfonctionnement en créant des problèmes liés à l’oxygène, lequel attaque, en effet, les cellules, et sur la peau, il est en partie un facteur de sa perte d’élasticité. En d’autres termes, pour se défendre, votre corps réalise un système de protection interne lorsque vous prenez des aliments riches en antioxydant.

Principe de l’action des antioxydants

Présents naturellement dans les nourritures, les antioxydants sont des vitamines, des nutriments et des micronutriments. Leur action a de l’effet sur l’oxydation, en l’empêchant et en renforçant les enzymes destructrices des radicaux libres. Ils jouent, en effet, un rôle dans la lutte contre le stress oxydatif et dans l’aide au bon fonctionnement du système micro-circulatoire du sang. Un critère à considérer lorsque vous constatez que votre peau manque de souplesse, ces substances prennent part dans son rétablissement. Ayant de l’effet sur le collagène et l’élastine, ces protéines servent de renfort aux structures et se prennent en compléments alimentaires antioxydants pour réparer les rides et arranger les taches.

Les molécules à prendre

Un oxydant a ses actions spécifiques, à l’instar de la vitamine C qui intervient dans la construction du collagène, tandis que la vitamine E contribue aux structures lipidiques des membranes cellulaires à titre d’agent anti-âge.  Quant au glutathion qui est une composition d’acide glutamique, de cystéine et de glycine, il s’agit d’une molécule anti-vieillissement qui neutralise les radicaux libres. En revanche, le zinc est plus utile pour la reconstitution des cellules, alors qu’il n’est qu’à l’état de trace dans l’organisme. Il fait alors facilement l’objet de carences lors d’une mauvaise alimentation, contrairement à l’inorganique sélénium, nécessaire à la défense contre les pollutions. En tout cas, les antioxydants, utilisés pour conserver sa bonne mine, agissent de façon potentialisée lorsqu’ils sont rassemblés.